CREDIT D' IMPÔT

Le crédit d'impôt pour les dépenses d'équipements de production d'énergie utilisant une source d'énergie renouvelable Le crédit d’impôt pour les dépenses d'équipements de production d'énergie utilisant une source d'énergie renouvelable est renouvelé en 2007. Il est valide jusqu'au 31 décembre 2009. En clair, jusqu’à cette date, vous pouvez bénéficier pour vos impôts d'une remise de 50% des sommes dépensées pour l'installation d'équipements favorisant l'économie d'énergie. Le crédit d’impôt pour les dépenses d'équipements de production d'énergie utilisant une source d'énergie renouvelable est plafonné à 8.000 euros pour une personne seule et à 16.000 pour un couple marié ou pacsé. Cette somme viendra en déduction du montant imposable déclaré sur votre déclaration d'impôt. Ce crédit d'impôt est soumis aux règles appliquées aux dépenses en gros équipements. Les travaux d'installation et d'équipement doivent être effectués entre le 1er janvier 2006 et le 31 décembre 2009. Ils doivent être installés dans un logement neuf ou acquis en l'état futur d'achèvement (jusqu'à six mois). Sont admis en tant qu'équipement éligible : les panneaux solaires, les générateurs hydrauliques, les éoliennes, les pompes à chaleur, les chaudières au bois ou aux produits dérivés du bois. Certains de ces équipements peuvent par ailleurs faire l'objet d'aides et de subventions de la part de l'ANAH (Agence nationale pour l'amélioration de l'habitat). La loi de Finance 2005 avait étendu l'éligibilité de ce crédit d'impôt à une nouvelle catégorie : l'acquisition de chaudières à condensation utilisant les combustibles gazeux. Ce taux était de 25%, il est, depuis 2006 (et donc toujours en 2007), de 40%. La dépense de l'équipement doit intervenir entre le 1er janvier 2006 et le 31 décembre 2009. Le taux applicable de 50% sur le montant TTC reste inchangé en 2007, idem pour les plafonds qui sont, depuis le 1er janvier 2005, de : 8.000 euros pour une personne célibataire, veuve ou divorcée, 16.000 euros pour un couple marié soumis à une imposition commune, sommes majorées par nombre d'enfants à charge (400, 500, 600 euros par enfants à partir du troisième enfant). Notez que les sommes par enfant à charge sont divisées par deux lorsqu’il s’agit d’un enfant réputé à charge égale de l’un ou l’autre de ses parents